Le programme LEADER 2023-2027

Le PETR a été sélectionné pour porter le nouveau programme LEADER 2023 - 2027. Nous sommes en phase de conventionnement avec l'autorité de gestion régionale. Le démarrage du programme et l'ouverture des appels à projets est envisagé pour printemps 2024.

La stratégie retenue

La stratégie retenue pour ce nouveau programme est de "Fédérer les initiatives au service des transitions et du bien vivre sur le territoire"

Cette stratégie affirme la nécessité d’approfondir les dynamiques de transitions territoriales pour faire face aux crises climatique, énergétique, économique et sociale dans le but de rester un territoire accueillant qui garantit les conditions du bien vivre de ses habitants.

En introduisant cette stratégie par le verbe « Fédérer », notre souhait est d’encourager en premier lieu les logiques et dynamiques collectives sur le territoire et les démarches de coopérations qui sont au cœur de l’ADN LEADER, mais aussi au cœur des démarches engagées par le PETR. Ces coopérations doivent concerner l’ensemble des acteurs du territoire : les élus et leurs collectivités, les acteurs économiques, associatifs et plus globalement l’ensemble des citoyens qui peuvent être porteurs d’initiatives.

La participation et la concertation citoyenne seront ainsi un objectif transversal au sein de cette future programmation. Elles trouveront leur place dans l’ensemble des fiches actions et devront se traduire par la mise en œuvre de dispositifs d’animation et d’aménagement d’espaces et de temps d’échanges qui pourront notamment se traduire dans la gouvernance du GAL.

Cette stratégie se décline en 2 axes :

  • L’un traitant de l’accompagnement des transitions autant sur le volet de l’atténuation que de l’adaptation aux changements climatiques. Il s’agira d’impliquer les acteurs dans une dynamique collective indispensable pour réduire l’intensité des crises actuelles et à venir, ainsi que de soutenir un modèle de développement endogène et durable favorable à la résilience du territoire.
  • L’autre, visant l’inclusion sociale et le bien vivre au travers du développement des services de proximité, car la finalité est bien de maintenir un territoire vivant et qui donne à ses habitants les moyens nécessaires à leur épanouissement.

 

Axe 1 : Soutenir les transitions et les coopérations pour s’adapter aux nouvelles conditions climatiques et atténuer leurs impacts

Face aux défis des changements climatiques, chacun doit prendre sa part dans la mise en œuvre de pratiques de sobriété et d’atténuation. La démarche de PCAET portée par le PETR, les 3 EPCI et le PNR du Queyras, fixe pour le territoire des objectifs de réduction des consommations d’énergie et de diminution des gaz à effet de serre. Le programme Territoire à Énergie Positive et pour la Croissance Verte ainsi que les Certificats d'Économie d'Énergie ont par ailleurs permis de financer un certain nombre d’opérations de rénovations énergétiques.

On ne part pas ainsi "de zéro” avec la mise en œuvre actuelle du Contrat de Relance et de Transition Écologique, regroupant des contractualisations existantes (contrat de ruralité, CTES, dispositifs cœur de ville et petites villes de demain…), mais aussi d'un Contrat d'Objectifs Territorial, d'un Plan Avenir Montagne, la réalisation d'une étude de préfiguration d’une démarche d’Écologie Industrielle et Territoriale (EIT),  d'un club climat et de nombreuses démarches citoyennes à travers les collectifs de transition.

Il s’agit à présent de poursuivre cette démarche en accompagnant les acteurs du territoire dans leur transition écologique et énergétique, et même économique, en se fondant notamment sur les dynamiques d’intelligences collectives, de mutualisation et d’économie circulaire pour permettre l’engagement de tous vers le développement de synergies territoriales vertueuses.

1.1 Encourager, la coopération, la mise en réseau et les intelligences collectives des acteurs locaux

Conscient de la nécessité de se départir des habitus qui façonnent nos comportements, nos méthodes de travail, nos modes de définition stratégiques, nos temporalités, pour sortir des logiques cloisonnées, le territoire émet la volonté d’inventer de nouveaux paradigmes mieux à même de répondre aux transitions à venir.

Ces nouvelles formes de travail en coopération émergentes et attendues nécessitent une attention particulière pour l’élaboration et la mise en place de dispositifs innovants, suscitant l’engagement et la motivation maintenus sur la durée et à la hauteur des responsabilités réciproques qui auront été discutées en amont par les parties prenantes.

Ces dispositifs permettront de valoriser les pratiques vertueuses et d’embarquer un ensemble d’acteurs plus large par le biais du “pas dans la porte”.

Sont attendues par cette fiche, des actions d’animation, de sensibilisation, d’accompagnement, de déconstruction et de mise en réseau afin de co-construire les cadres qui permettront la mise en œuvre des intelligences collectives du territoire.

1.2. Renforcer la résilience du territoire par l’amélioration de son autonomie et la valorisation durable de ses ressources

Zone de montagne fortement exposée aux crises environnementales et climatiques, l’adaptation des activités aux nouvelles conditions et changements à venir est une nécessité pour réduire les vulnérabilités et garantir la santé et la sécurité du territoire et de ses habitants. Ceci inclut le bien-vivre au travail et dans son quotidien, par un gain de sens et de satisfaction d’agir en cohérence avec les réalités écosystémiques que les différentes crises ne nous permettent plus d’ignorer.

Pour renforcer cette résilience, il s’agit aujourd’hui d’inventer un modèle de développement territorial original qui valorise ses ressources, ses savoir-faire et réponde à ses besoins - besoins qu’il s’agit de requalifier en fonction des nouvelles conditions de vie sur notre territoire, et de nouveaux rapports au monde.

Plus encore que la sobriété dont l’usage sémantique a tendance à se restreindre à des injonctions essentiellement dans le champ de l’énergie, c’est de frugalité dont il est question. Depuis les penseurs de l’Antiquité, elle se définit en effet comme étant choisie, juste, heureuse, à la fois politique, économique et sociale.

Cela passe par la réduction des dépendances du territoire vis-à-vis de l’extérieur en améliorant son autonomie, notamment sur les volets énergétiques, industriels et alimentaires.

Sur le plan énergétique, si LEADER ne pourra pas financer d’importants travaux d’aménagement et de construction, il soutiendra les petits investissements, des prototypes, accompagnera la structuration des initiatives territoriales et citoyennes, encouragera les innovations et expérimentations en matière d’utilisation et de production d’énergies renouvelables (se tourner vers des carburants alternatifs, création de boucles de production locale via les ressources soleil, eau, bois, vent, foncier…) ou de modèles (autoconsommation par exemple et dispositifs permettant de mesurer ses consommations). Il pourra valoriser le modèle des centrales villageoises déjà existantes sur le territoire mais aussi envisager la création de société locale d’investissement et de plateforme type crowdfunding pour associer sous différents aspects les citoyens.

Sur le volet industriel, il est question de soutenir la production locale de matériaux, d’équipement voire de textile, via des matières premières et produits du territoire. Il s’agira de soutenir l’artisanat et les petites industries, le réemploi des matériaux et des équipements, le reconditionnement, la mutualisation d’équipement et de lieu et la low-tech. LEADER pourra soutenir des initiatives locales qui sauront mettre en cohérence la création de produits à partir des ressources qu’offre le territoire, respectueux des contraintes environnementales, avec des offres de produits et de services permettant aux usagers d’acquérir de nouvelles habitudes comportementales (achat local, souci des impacts, consommation réfléchie). Il s’agira aussi de relocaliser des savoir-faire et de développer le “fait-main” dans un souci d’encourager les savoirs vernaculaires, permettant à chacun d’avoir une relation vécue avec la façon dont sont fabriqués les objets de son quotidien, ce qui sera de nature à favoriser une consommation raisonnée : Les produits fabriqués “hors-sol” n’ont pas la même valeur pour celui qui les consomme que ceux dont il connaît les efforts qu’ils ont nécessités.

Sur le volet alimentaire, il est nécessaire de poursuivre l’animation des démarches en cours, dans cette même optique de boucle vertueuse entre le produit et le consommé local : le développement de lieux d’échanges et de laboratoire de projets sur les relations alimentation et agriculture (pour traiter entre autres du foncier agricole, de la transmission et reprise des activités), le développement du maraîchage, de jardins partagés, de boucles alimentaires (de la valorisation des déchets organiques sous forme de compost pour le maraîchage, au développement de l’approvisionnement local dans la restauration collective), mais aussi de soutenir des opérations de sensibilisation et de concertation tel que les Défis foyers à alimentation positive, des interventions en milieu scolaire, le maintien d’espèces végétales, de semences, tout comme l’animation d’un réseau de la restauration collective dans le but d’harmoniser les pratiques, développer les mutualisations et l’approvisionnement local. Au-delà d’initiatives existantes, LEADER accompagnera l’émergence d’autres démarches, en cohérence avec le Projet Alimentaire Territorial (PAT) des Hautes Alpes, toujours sur le volet animation, voire l’émergence d’autres PAT sur le territoire.

En outre, le patrimoine paysager, scientifique, végétal, géologique, culturel, artistique, ou encore les savoir-faire présents sur le territoire représentent d’autres potentiels à explorer en matière de valorisation des ressources. LEADER apportera son soutien sur l’animation de réseaux visant à structurer des filières et transmettre les savoirs, mais aussi un soutien financier direct aux porteurs de projets. LEADER soutiendra des solutions qui développeront la sobriété du territoire avec l’ensemble de ses acteurs (collectivités, entreprises et associations), en veillant notamment à les décloisonner. Il visera à améliorer les dynamiques de mutualisation et d’économie circulaire.

 

Axe 2 : Favoriser l’inclusion sociale et le bien vivre des habitants

La mise en œuvre des dispositifs de participation développés par les actions relevant de la fiche-action n°1 devront permettre de recueillir les besoins des populations et de proposer une offre de services adaptée, pertinente et pérenne tant dans son appropriation, que dans son utilisation et sa durée.

En outre, il s’agira de veiller à accompagner les populations vers l’accès aux services. LEADER veillera à ce que les actions soutenues favorisent l’empowerment, l’encapacitation, les “capabilités” citoyennes (cf : SEN : accès et accessibilité sont deux choses différentes : certaines populations doivent être accompagnées pour s’approprier leurs droits, les prestations qui leur sont offertes).

2.1 Développer les services à la population innovants adaptés aux milieux ruraux

Le déploiement de services visant à accompagner le parcours de vie des habitants apparaît comme une nécessité et s’inscrit dans l’affirmation d’une volonté de prendre soin de la population locale.

 Il s’agit d’une part de faire face aux difficultés d’installation durable d’un certain nombre d’actifs sur le territoire, et, d’une manière générale, de faire en sorte qu’un bien-vivre, à l’année soit facilité.

 Une partie de ces services, pourra profiter à la population de passage, désireuse de venir bénéficier d’un environnement fait d'authenticité auprès d’habitants, qui, vivant bien sur leur territoire, auront alors plaisir et fierté à le partager

Devant l’urgence climatique d’autre part et dans une période de crises en cascade dans un monde fait d’interdépendances, il s’agit de souligner l’importance d’une offre de services aux populations et d’affirmer plus que jamais le besoin de prendre soin du territoire et de ses habitants, le besoin de collectif, de coopération afin d’éviter le repli sur soi et l’isolement.

L’accompagnement LEADER pourra porter sur le maintien et le développement de plusieurs services :

- Maintenir une offre de commerces de proximité dans chaque bassin de vie voire commune du territoire. Développer l’itinérance et la mobilité inversée, valoriser les initiatives qui ont su s’adapter aux nouvelles pratiques et besoins des habitants,

- Accompagner l’émergence de tiers-lieux, d’espaces hybrides et d’autres lieux de rencontre, de partage d’expérience, d’éducation populaire, de formation et de mutualisation.

- Développer des services à la population adaptés à tout âge, notamment les jeunes afin de les maintenir sur le territoire. En complément de l’action communale et intercommunale sur le sujet, LEADER pourra accompagner les porteurs de projets associatifs proposant des services innovants à destination des différents publics et/ou favorables au développement de lien intergénérationnel.

- Soutenir l’offre de formations locales, les cycles d’accompagnement, l’animation de temps d’échanges et de mise en réseau des acteurs, contribuer à l’identification des besoins, développer de nouveaux formats d’apprentissage et d’insertion professionnelle.

- Contribuer à garantir l’égalité d’accès des personnes et des collectivités, aux possibilités, aux droits et aux ressources.

- Considérant que la culture est un levier d’éducation, de formation, d’épanouissement, et de rencontres, LEADER veillera à promouvoir l’offre culturelle déjà riche et présente sur le territoire, facilitera son développement et son accessibilité auprès des habitants. En cohérence avec les actions des autres axes, un soutien particulier sera apporté aux offres innovantes, autant dans l’approche artistique que dans la valorisation des ressources patrimoniales.

2.2 Aider à la mise en place d’un numérique écoresponsable, inclusif et accessible

Le numérique est aujourd’hui un outil incontournable pour le développement de notre territoire : essentiel à la croissance des activités économiques, il permet de nouvelles pratiques de travail, garantit l’accès aux services publics administratifs, aux services de santé, ou encore est utilisé comme outil de médiation pédagogique ou culturelle…

Parce qu’il permet, dans certains cas et dans certains usages, de réduire les impacts écologiques, le numérique permet par ailleurs de mettre en cohérence les stratégies économiques et sociales du territoire avec l’inscription de ce dernier dans une dynamique de transition.

 Pour autant le numérique est aussi porteur de deux enjeux de taille à prendre en compte pour garantir le développement d’un outil responsable. En effet, il ne devra pas se substituer aux relations sociales, mais venir en appui, et devra faire l’objet d’un arbitrage considérant sa pertinence au regard de ses impacts écologiques.

Il s’agit tout d’abord de l’enjeu de l’inclusion sociale au travers de la maîtrise de l’outil informatique. De nombreuses personnes sont potentiellement concernées par des situations d’illectronisme, que ce soit des personnes âgées, des personnes en difficultés sociales, mais aussi des entrepreneurs confrontés à la multiplication des démarches en ligne. Via France Services et les chambres consulaires et par le biais de dispositifs régionaux et départementaux, les structures d’accompagnement conduisent des animations auprès du public pour apprendre à maîtriser les outils numériques et informatiques, mais aussi soutenir la transition digitale. D’autres acteurs, comme Emmaüs Connect et la ressourcerie La Miraille, interviennent également sur cette thématique pour recueillir des dons de matériel qui sont reconditionnés puis transmis dans des relais numériques ou revendus.

 Néanmoins les moyens d’intervention restent limités et non pérennes. LEADER pourrait ainsi intervenir en financement d’ingénierie pour développer les services liés à la maîtrise de ces outils. Il répond en outre à un enjeu d’attractivité dans un territoire de montagne où la création d’activité à distance est soutenue depuis plusieurs années et dont la crise sanitaire a souligné l’importance, révélant ainsi son potentiel de développement.

LEADER pourra également accompagner les projets en lien avec le numérique participant au développement du lien social entre les habitants, tel un FabLab, qui pourra également constituer un outil mutualisé au service des acteurs économiques du territoire. Il pourra également être visé le développement de smart villages.

Les projets plaçant le numérique au service de la frugalité, encourageant ainsi le développement des ressourceries, du recyclage, du réemploi, de la réparation, de l’affichage et déploiement des initiatives de mutualisation existantes, pourront également être accompagnés par LEADER.

Le second enjeu est celui de la sobriété du numérique et notamment du stockage des données générées, fortement consommateur d’énergie et émetteur de gaz à effet de serre. Au-delà de l’utilité sociale des projets, LEADER veillera donc à ce que les initiatives intègrent dans leur mise en œuvre et leur gestion des démarches visant à optimiser l’utilisation du numérique, des équipements à la navigation en passant par le stockage de données, contribuant ainsi à limiter leur empreinte carbone. LEADER pourra également soutenir des animations de sensibilisation à un usage responsable des outils numériques (limiter les ressources utilisées, s’équiper localement (au plus proche) et durablement, utiliser moins d’objets informatiques, recycler, favoriser l’écoconception, le réemploi solidaire et la réparabilité, avoir des serveur « internes »).

Une attention particulière sera apportée sur la mise en réseau des différentes initiatives pour éviter leur redondance.

Présentation de la programmation

En juin 2023 la cheffe de projet et la gestionnaire du programme LEADER du PETR présentent les spécificités du territoire ainsi que les grands axes de la programmation LEADER 2023-2027.

Vidéo réalisée par le Média Bleu Tomate : ICI


LA CANDIDATURE

Dossier de candidature du PETR pour porter le programme 23-27

Consulter le dossier complet final envoyé le 26 décembre 2022 : ICI et le résumé :  ICI


LA CONCERTATION

Mercredi 22 juin 09h00 - 13h00, Iscle de Prelles à Saint Martin de Queyrières

Le PETR a proposé une rencontre publique pour mobiliser et associer les acteurs du territoire à sa candidature au programme LEADER 2023 - 2027.

« Quel avenir financer pour notre Territoire ? »

Après des propos introductifs sur le rôle du PETR et des apports du programme LEADER, une cinquantaine de participants ont pu échanger dans des ateliers thématiques. Ce travail contribuera à définir la future stratégie à mettre en oeuvre pour soutenir les projets des cinq prochaines années.

Quelques instants de la journée du 22 juin 2022 en images

=> Les participants ont suivi quatre ateliers :

TABLE 1 : Pour un territoire efficient, dynamique et entreprenant
Thématiques abordées : Economie circulaire, écologie industrielle territoriale, relocalisation des savoir-faire, soutien aux entreprises, développement du numérique...

TABLE 2 : Pour un territoire résilient et gagnant en sobriété et en autonomie
Thématiques abordées : Transition écologique, nouvelles pratiques d’adaptabilité aux changements climatiques, réemploi, économies d’énergies, nouveaux services ...

TABLE 3 : Pour un territoire riche en patrimoines à valoriser et diversifier
Thématiques abordées : Avenir montagne, les patrimoines sous toutes leurs (nouvelles) formes industrielles, agricoles, touristiques...

TABLE 4 : Pour un territoire de mutualisations et de démocratie participative
Thématiques abordées : Nouvelles formes coopératives, ingénierie financière, financements participatifs, mutualisation d’équipements et de services, Altitudes coopérantes...

Restitution graphiques des ateliers: ICI 

Restitution des ateliers du 22 juin 2022 par le bureau lors du comité de programmation du 04 juillet 2022 : ICI